Journée régionale santé mentale et politique de la ville : enjeux et articulations, le 26 novembre 2018 à Strasbourg

Journée régionale santé mentale et politique de la ville : enjeux et articulations, le 26 novembre 2018 à Strasbourg

Téléchargez le programme

Cliquez ICI pour vous inscrire

Contexte :

Depuis les années 80, le concept de « santé mentale » s’est largement développé et a été employé par des institutions et acteurs divers, bien au-delà du seul secteur psychiatrique. Les acteurs de la politique de la ville n’ont pas échappé à ces évolutions et à ces préoccupations. Depuis la fin des années 90, la souffrance psychique a, en effet, été identifiée comme une priorité au sein de certains quartiers, particulièrement touchés par les inégalités sociales et économiques. Ainsi, les contrats de ville, et les ateliers santé ville, dans le cadre de la politique de la ville, ont investi cette thématique.
Parallèlement, les contrats locaux de santé ou les conseils locaux de santé mentale (CLSM), dans le champ de la santé, cherchent à prendre en compte les enjeux singuliers des territoires, notamment ceux des quartiers « prioritaires ». Récemment, deux textes, législatif et réglementaire, sont venus renforcer le CLSM comme levier d’action et de prévention en santé mentale : la loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016, ou encore une circulaire DGS/CGET du 30 septembre 2016, qui invitent à déployer en priorité les CLSM au sein des contrats de ville.
Ces différents cadres d’intervention constituent autant de leviers permettant aux acteurs locaux (collectivités,services de l’état, associations…) de mettre en place des dynamiques
collectives et partenariales. Mais leur multiplication ainsi que les logiques de coordination et de territorialisation à l’œuvre ne facilitent pasleurslectures et leurs connaissances par les professionnels-les.
Des questions centrales se posent alors aux acteurs des champs concernés : de quoi parle-t-on quand on parle des enjeux de santé mentale dans les quartiers qualifiés de « prioritaires » ? Au-delà des dispositifs, comment créer des dynamiques territoriales favorables permettant de prendre en compte les enjeux repérés ? Quelles sont les articulations et continuités possibles entre les différents cadres d’intervention ?

Afin d’éclairer ces différents enjeux, plus particulièrement à l’échelle de la politique de la ville, il est proposé l’organisation d’une journée de sensibilisation à l’ensemble des acteurs de la région Grand Est concernés.

Objectifs :
  • Apporter des éléments de réflexion sur les enjeux de santé mentale et de territoires,
  • Favoriser une culture commune entre professionnels-les des champs concernés,
    (politique de la ville, santé, santé mentale),
  • Favoriser l’échanges d’expériences.