Interview de Laurent El Ghozi, Président d’ESPT, suite à la clôture du Ségur de la santé : « Les élus et signataires demandent une politique nationale de santé, mais avec une mise en œuvre territoriale et locale »

Interview de Laurent El Ghozi, Président d’ESPT, suite à la clôture du Ségur de la santé : « Les élus et signataires demandent une politique nationale de santé, mais avec une mise en œuvre territoriale et locale »

Interview de Laurent El Ghozi, président d’ESPT, parue dans La lettre du cadre suite à la clôture du Ségur de la santé, par par Marjolaine Koch

  • Qu’a révélé la crise du Covid-19 pour le secteur des soins ?
  • Avez-vous justement des exemples de municipalités qui ont mis en place des coordinations locales efficaces ?
  • Vous reprochez aux organisateurs du Ségur de n’avoir convié aucun élu ou professionnel impliqué dans des dynamiques territoriales de santé, alors même que c’est souvent à ce niveau qu’il faut trouver des solutions à des problèmes concrets…
  • Qu’auriez-vous souhaité ?
  • Cet épisode de crise liée au Covid-19 vous a aussi permis de découvrir des évolutions sur les positions de chacun quant au rôle des territoires en matière de santé…
  • Dans quelle mesure les territoires peuvent-ils s’émanciper du cadre national ?

Annoncé en grande pompe, le Ségur de la Santé s’est finalement révélé décevant pour les acteurs de la santé : uniquement tourné vers la question des revalorisations salariales du personnel hospitalier, il élude les questions d’organisation entre les hôpitaux et les autres acteurs, notamment territoriaux.4

« Lorsqu’un CSLM est créé, des habitudes de travail existent entre les différents acteurs »

Article à lire ici : http://www.lettreducadre.fr/20185/les-elus-et-signataires-demandent-une-politique-nationale-de-sante-mais-avec-une-mise-en-oeuvre-territoriale-et-locale/